AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 - Isil Ellissë - [Perso principal]

Aller en bas 
AuteurMessage
Salleon
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 124
Age : 29
Localisation : Reamwen
Date d'inscription : 05/06/2007

MessageSujet: - Isil Ellissë - [Perso principal]   Mer 19 Sep - 19:07

BG VALIDE

Nom :
Ellissë

Prénom : Isil

Surnom :

Poids :45 kg

Taille : 1 m 50

Sexe : féminin

Age : 202

Date de naissance : 1170

Lieu de naissance : Reamwen

Description :Une carrure d’elfe normal, des cheveux noir assez long lui tombant plus bas que les épaules, coiffé avec des bijoux en argent. Des yeux noir perçant ; arborant en général des habits de couleur noir ou blanc.

Signes particuliers : Bijoux en argent dans les cheveux.

Traits de caractère marqués : Sens du devoir exacerbé, Raciste, humour noir, dédaigneuse, hautaine, parfois méprisante avec certaines races.

Race : elfe

Métier : [Aucun pour le moment]

Lieu de vie actuel : Raemwen

Classe Social : Noble

Classe du pj : Ensorceleuse.

Divinité : Correllon.

L'arme de prédilection utilisée : Aucune.

Une image qui représente votre pj :






La naissance.


En un mois de décembre enneigé, à Reamwen, vint dans une famille d’elfe de bonne noblesse, une deuxième enfant ; Isil Ellissë. Son nom lui avait était donner, en hommage à la lune complète qui avait assisté au soir de sa naissance.
Sa sœur, Aryvania avait 6 ans de plus qu’elle, elle était née dans un mois chaud d’Août, alors que le soleil étincelait de toute sa splendeur.
Toute les deux étaient née alors que la citée Aldébar était plonger dans le plus grand des chaos, quelques année plus tard, ce fut le couronnement d’un despote qui fut, en tant que nouveau souverains d’aldébaran.

Les deux sœurs, commencèrent leurs vie dans un semblant de paix qui régnait dans l’empire, loin de toute les préoccupations des humains, elle restaient en Reamwen a boire les premières années de leurs longue vie.





La noblesse elfique




Au plus bas âge, les deux sœurs apprirent ce qu’était la noblesse, la famille noble qui était la leurs avait sut rester noble a travers les âges de guerres ou de paix.
Pour elles, il n’était pas permis d’échouer, aussi ce fut toujours, même pour les choses les plus simple, le meilleur était exigé.

Un point important, était le sens du devoir sur lequel la famille mettait un point d’honneur, en tant qu’elfes, ils se devaient d’être un exemple pour tous ceux qui pouvaient un jours les regardés, aussi, tous ce qui devait être fait, avait intérêt a être fait, sans formes de discutions possible, il en allait de l’honneur des elfes, et de leurs noblesse.

Du Fait de leurs noblesse, l’échec n’étais pas toléré, la disgrâce ne devait pas être un mot qui entre dans l’histoire de la famille Ellissë, et cela, sans même l’apprendre, était quelque chose que les deux sœurs avaient très bien comprise. Il n’était pas nécessaire de faire de longues explications à ses deux la, sur la noblesse, à vivre au coté de leur famille, les attitudes à avoir, les choses à faire ou à ne pas faire, ce qu’il fallait être… C’était quelque chose de très normal, pour elle.

Ainsi, durant leurs jeunes années, elles furent baignées dans une éducation noble, entouré par la culture la plus soignée des elfes, la ou la magie n’était pas une chose qu’il fallait étudié pour maîtriser, mais un art que seul une ‘élite’ pouvait dompté.

Cette noblesse était une chose toute naturel, pour tous elfes, ainsi les elfes a travers le temps, avait été reconnue comme le peuple le plus noble, et le plus digne qui éxiste, bien que les nains démente fermement. En la cité arbre, les jours s'écoule paisiblement dans une ambiance sereine, ou la hiérarchie de "race noble" n'est pas prise en compte, intervenant seulement auprès des autres peuples, si imparfait et défaillant.





La peste des Cendres ; deuil.




Reamwen avait été sévèrement touché par l’épidémie de la Peste des Cendres, celle-ci avait eut raison de certains elfes de la citée arbres. Aussi, ce fut une peine sans égale qui prit le cœur de tous, lorsque pour sauvegarder son peuple du mal qui le rongeait, le grand Orateur se sacrifiant, libéra son peuple de cette épidémie.
Ce fut une année de peine qui commença, ou les louanges de cet être au grand cœur furent audibles de partout dans les forets. Reamwen c’était alors refermer sur elle-même, durant cette longue période de mal, et de peine.





Honneur et disgrâce.



La noble famille des Ellissë, furent fière de voir l’une de leur filles, Aryvania, être nommée ambassadrice de Reamwen, envers les autres peuples. Ce fut un grand honneur qui ne donna encore que plus de prestige à cette famille qui n’avait déjà pas a se plaindre de manque de considération.
Ce fut ainsi, qu’Aryvania, partie pendant bon nombres de lunes parfois, sur les routes, lorsque la nouvelle oratrice lui demandait son intervention.
Elle noua des rapports avec bon nombres de personnes, et surtout avec les humains, un humain en particulier, qui, au fur et a mesure des semaines, devenait quelqu’un de plus en plus chère a ses yeux.

Isil avait prévenue sa sœur, que fréquenté des humains avec tant d’ardeur n’était pas quelque chose a faire, que leurs compagnie n’amenait rien de bon, seulement la guerre, la discorde, la jalousie, l’envie. Que l’honneur de la famille ne pouvait perduré si elle fréquenté plus intimement un humains, eux si arrogant, envieux et destructeur…

Hélas les avis et remarques d’Isil n’eurent que peu, voir aucuns effet… Peu de temps après, quelques mois, Aryvania tomba enceinte de cette humain, dont Isil ne voulut même pas retenir la première lettre du nom…
Exilée de son propre chef, Aryvania ne put caché bien longtemps ce qui c’étais finalement passer, même si elle ne vivait plus a Reamwen, exilée dans une autre citée elfes, loin des cotes d’opaline, leur famille apprit ce qui c’était passer… Touché en pleine disgrâce, ils avaient alors tût le plus possible cette sombre et peu glorieuse affaire, pour que personne n’en soit avertie… La grande oratrice, n’avait pas besoin d’être tenue informé, elle qui savait tous, devait forcément le savoir…

Une fois par mois, alors que la lune était pleine, Isil prenait la route avec précaution, allant a sa sœur qui vivait fort loin, prenant des nouvelles d’elle…Ne cessant de la harcelée pour qu’elle abandonne cet humain…Quand a sa fille…Que faire ? L’abandonner n’était pas une chose digne d’une elfe…Mais un enfant d’humain, n’était pas une digne chose non plus… Il n’y avait pas de solution à ce problème, c’était ainsi…




Le fardeau de la fierté.




Alors qu’Aryvania, avait apporter la disgrâce sur la famille, c’était a Isil désormais de rendre honneur a la famille, si ça vie était faite de nombreuse exigence, désormais c’était le double qu’elle devait faire, elle ne devait être que perfection, que modèle et ne faire voir que l’honneur dans ses actes, dans ses paroles…Ainsi, relèverait-elle peu être l’honneur a jamais taché de sa famille.
Elle avait prit cela très a cœur, prenant grand soin des intérêts de la famille, car c’était son rôle, elle devait tenir comme il se doit la place qui lui avait été attribué par le destin désormais. Elle avait nourrit pour les humains, depuis, une rancune secrète, si elle n’avait jamais eut d’estime pour eux, désormais c’était du dépit qu’elle éprouvait pour eux ainsi que pour bon nombres d’autre race également, mais elle avait fait en sorte de classer les humains, au même niveau que les nains.




Croisade.



Les elfes de Reamwen, pour ceux qui avaient été nommés, furent prit dans la croisade avec les humains, pour défendre l’amour d’une reine qui avait été exécuter, Reamwen cherchait a restaurer une alliance avec les humains, militairement parlant, cela était une bonne idée, mais même si un monde entier lui aurait crier, Isil aurait, par orgueil, refuser d’admettre que la noble race elfique ait besoin d’alliance avec les humains… Comme beaucoup, elle avait prit cela sous le sens, que les elfes prenaient a cœur la défense des peuples démunis, tel que les humains donc, et que cette quête d’alliance étaient régit par la pitié et la générosité de la grande oratrice.


De son coté, Isil eut aussi son lot de croisade, les routes n’étaient pas sur, et alors qu’elle rendait ses visites a sa sœur, elle eut un coup dur, en apprenant que la grande oratrice de la citée elfe ou vivait sa sœur, accorda la garde de sa fille, a l’humain… Comment était-ce possible ? Sa sœur, déchiré dans le chagrin, et Isil, dans l’incompréhension la plus total… Cette année encore, n’était pas une bonne année.

Refusant de croisé ne serait-ce qu’un regard avec l’humain qu’elle méprisait le plus en ce monde désormais, elle mit de grand effort, pour garder un œil sur la fille de sa sœur. Sa sœur qui était morte par le chagrin de perdre cette enfant de disgrâce… Ce n’était pas l’amour d’un parent qui motivait Isil a surveiller sa nièce, mais plutôt une sorte de devoir, sa sœur étant morte, elle s’était donner comme devoir de protéger sa nièce, comme sa mère l’aurait fait. Elle prit se lourd fardeau, pour sa défunte sœur…



1372

En ce temps, l’empire semblait avoir retrouver toute sa splendeur jadis perdu… Isil avait désormais 202 ans, et avait sut garder jusqu a présent l’honneur et la fierté de sa famille au mieux possible, méprisant toujours les humains, et veillant toujours secrètement sur sa nièce. Elle s’accorde maintenant a utilisé la magie profane, comme un art dons sa famille a toujours revendiqué le contrôle.


Dernière édition par le Dim 20 Jan - 23:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Salleon
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 124
Age : 29
Localisation : Reamwen
Date d'inscription : 05/06/2007

MessageSujet: Re: - Isil Ellissë - [Perso principal]   Sam 6 Oct - 1:27

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~ Souvenir ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


La mort d'Aryvania.



Je me souviens…

Ce jour la, il faisait assez froid, nous étions en hivers. Le ciel était d’un gris presque noir, un léger vent s’était levé depuis le matin, une fine bruine tombait, glacé et subtile. Un temps maussade qui n’inspire pas vraiment a sortir de chez soit, mais je devais aller la voir, cela faisait une semaine aujourd’hui, que je lui avais rendu visite, elle qui habitait si loin, elle qui était désormais si éloignée de tout, de sa terre natal, de sa famille, et de nos cœur en quelque sorte…

Je fis une longue route, ce n’étais pas simple d’y aller, et le temps n’encourageait guère à aller d’un bon pas sur des route qui, sous ce ciel sombre, paraissait morose, malade et sans vie, comme si ce jour-là, un voile de poussière gris terne était tombé sur la nature qui se découvrait a mes pieds.
Le crissement des gravillons sous mes chausses avait lui aussi un bruit sourd et lointain, comme si il y avait trois vallées entre nous. Ce jour-là, était un jour que le soleil ne bénirait pas, c’était sûr.

Je fus enfin arrivée, après cette longue journée de marche étouffante a travers cette nature qui me semblait morte, la citée que je regardais devant moi, était la nouvelle terre de ma sœur, Aryvania.
Elle avait trouvé refuge ici, il y a pas mal de temps désormais, après que la disgrâce soit venue frapper a notre porte.
Etrangement, on aurait dit que la citée était abandonnée, les feuilles, les oiseaux, tous étaient vides de vie, comme si la forêt entière avait été pétrifié et qu’un puissant sentiment de mélancolie était venu y prendre place.
Les portes s’ouvrirent alors, dans un grincement délicat, presque mélodieux. La citée était grande, aussi je fus obligée de marcher pendant près de dix minutes, avant d’arriver dans la cour central, faite par un cercle de grande maison en bois blanc, tous orienté vers la fontaine qui était au centre, une statue de l’actuelle oratrice tenant un vase, d’où l’eau s’écoulait lentement.
Je ne fus surprise de voir que même en ce lieu privilégié mon humeur n’avait pas changé. J’avais toujours cette impression oppressante, comme un foulard qui m’empêcherait de respirer comme il le faut.

Devant la maison qui était celle de ma sœur, se trouvait bon nombres d’elfe… Je savais qui ils étaient sans même les avoir rencontrer, c’était eux, qui étaient chargés de veiller les elfes mort, et d’accomplir la cérémonie en leur honneur…Je n’avais pas peur, ni envie de pleurer, je n’étais pas surprise non plus, je ne savais pas qui pouvait être mort…Ou plutôt si, je le savais, mais je ne m’en souvenais pas sur l’instant.
Mes pas firent du bruit dans la pièce, qui était d’un calme religieux, alors que tant de monde était là.
Sur un lit blanc était allongée une elfe, sûrement la morte. Je m’avançais vers elle, lentement, je regardais son visage et sans surprise, ce visage m’était familier. C’était ma sœur, qui était là… Elle était morte, je n’étais pas surprise… Je le savais ? Sûrement oui, je pense que je l’ai su depuis le début, mais je ne l’ais pas compris assez rapidement.

Je n’avais pas de question a posé, j’avais déjà toutes les réponses avec moi. Elle qui avait été si triste de se voir sa fille arraché, elle n’avait plus été la même, depuis des mois, elle restait sur son lit, a pleurer et mes visites n’avait rien arrangé. Je n’avais pu que constater la dégradation de sa santé, je n’arrivais même plus a l’accabler de reproches, tellement sa souffrance était grande, mais je ne pouvais non plus la consoler…Est-ce le prit a payer pour avoir fait une faute aussi grande ?
Ce n’était certainement pas sa faute non… Il n’y avait qu’un seul et unique fautif, cet être, arrogant, méprisant, avide et stupide, lui qui avait fait sombré ma sœur dans la disgrâce, était venu reprendre son enfant tel un trophée… C’était lui le responsable de sa mort et à présent, il n’était pas là, sans doute ne se sentait-il pas concerné. Ces êtres méprisants, les humains, sèment la destruction partout… Là encore, un seul d’entre eux l’avait prouvé, il avait arraché l’être le plus précieux aux yeux de ma sœur, et m’avais aussi privé de ma sœur quelque mois plus tard.
Sont-ils des démons ? Comment en si peu de temps, un seul d’entre eux peut-il faire régner tant de tristesse et de désolation ?

Je retournais a Reamwen. Sur le chemin, rien n’avait changé, mais pourtant il y avait quelque chose de différent… A chaque pas résonnait un écho a mes oreilles, hurlant dans un murmure, celui qui était fautif de tout cela, lui … Je ne pourrais sans doute jamais lui pardonner, ce qu’il a fait est impardonnable même pour un elfe, de toute mon âme, je souhaite qu’il perde le plus vite possible ce qu’il a pris au cœur de ma sœur, cette gamine… Je ne sais pas vraiment si je l’apprécie… Elle qui me rappelle sans cesse la faute de ma sœur, et ses yeux, où je peux voir un pâle reflet de l’humain que je hais le plus en ce monde… Je ne la déteste pas non plus, car elle est le plus précieux trésor que ma sœur possédait… Si je la déteste, je me rachèterais en la protégeant, et si je l’aime, je le montrerais en la protégeant, les deux contextes me vont…


Dernière édition par le Sam 26 Jan - 20:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Salleon
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 124
Age : 29
Localisation : Reamwen
Date d'inscription : 05/06/2007

MessageSujet: Re: - Isil Ellissë - [Perso principal]   Lun 8 Oct - 19:30

Le Draconique



Il y a de cela fort longtemps, je croit un siècle désormais, ma sœur était encore a mes cotés, elle et moi, partagions en ce temps la une éducation identique. C’est a l’une de ses nombreuses occasion, que l’ont avait commencer a nous enseigné le langue rude et ancestral des dragons.
C’était une langue qui semblait plus vieille que les elfes, et qui était rude et dur a articuler, pour nous, qui n’avions parler que l’elfe, et qui avions appris bien vite le commun, ce ne fût pas aisé d’apprendre ce langage, qui au début, nous semblait presque barbar.


Notre enseignant ne fut autres que notre grand père… Celui-ci avait apprit la langue des dracosir il y a bien des siècles dans sa jeunesse, par un mentor. Ce fût donc lui, qui fût charger de nous transmettre le savoir de cette langue, qui ne semblait pas être connut de beaucoup de personne en Opaline.
Nos premières leçon était assez basique, quelque mots a apprendre par cœur, et la construction des phrases a assimilé et comprendre, cela tenait plus du par cœur que de la réflexion, je me souvient, moi et ma sœur, devant un jardin de fleurs nos parchemins en main, récitant en boucle les mots a apprendre, essayant de formé des phrases avec le faible vocabulaire dont nous disposions, cette langue était bien plus dur que le commun, nous avions bien du mal a l’articuler, même notre grand père, lui aussi, semblait parfois ne pas avoir la bonne intonation.

Cette langue que nous étudions depuis bientôt un ans, nous apparaissait de jours en jours, beaucoup plus clair, nous arrivions bien mieux a la parler, avec notre accent fluide et flûté, nous parlions une langue rude et grave, même si le ton n’y était pas encore, nous nous étions efforcées d’avoir un vocabulaire aussi riche que celui que nous avions en langue commune, au pris de nombreuses journée de labeur, et d’un ans, nous avions de solide base, et les phrases simple était largement a notre portée.


J’y repense… C’était une douce époque, elle et moi partagions les mêmes contraintes, les mêmes devoirs, les mêmes envies, la même famille dans le même foyer… Cette langue que je ne parle plus vraiment désormais, m’évoque toujours sa présence, avec ses souvenirs d’un passé révolue ou nous vivions ensembles, aussi proche que les doigts de la main.


Bénit par l’enseignement savant de notre grand père, nous avons continué sur le chemin de la connaissance, les cours de langue était ponctué par l’histoire des dragons, il nous avait été expliqué ce qu’était ces créatures aussi fascinante que dangereuses, leurs coutume connut, leurs différence, et les dieux qui s’y apparentait. Nous avions une vue plus large sur ce qui concernait a présent les dragons, nous n’avions plus que du vocabulaire et quelques règles encore a maîtrisé, aussi, notre enseignement parlait de plus en plus de l’histoire des dragons, plutôt que de la langue en elle-même.
Deux années avait passer, et nous avions maintenant un vocabulaire assez important, que nous avions cultivé tout les jours, pendant de nombreuses heures, et encore, nous nous retrouvions, elle et moi, au pied du grand chêne, a répété sagement les nouvelles choses de la langue que nous venions de voir, et qu’il nous fallait connaître sur le bout des doigts. Notre grand jeu, était de communiqué en draconien entre nous, ce qui nous aidaient a ne point oublié ce que nous avions apprit, parfois aidé par un elfe qui lui aussi, savait parler cette langue, bien que les occasions furent plus rare que nous l’aurions bien souhaiter a cette époque.

Encore un hivers venait de passer, encore un… Cela faisait désormais trois ans, que nous apprenions cette langue avec acharnement et passion, ou nous étions enjoué a l’idée de maîtrisé un peu plus cette langue forte, que nous avions encore et toujours tant de mal a bien prononcée, je me rappelle que toi ma sœur, tu était plus douée que moi, je ne sais pour quelle raisons, tu retenait tout beaucoup plus facilement, c’était toi d’ailleurs, qui m’aidait quand je n’y arrivait pas, grâce a toi encore que je trouvait le ton juste quand il ne me venait pas, tu avait d’ailleurs toujours était d’une intelligence hors normes…

Enfin je me souvient encore, que nous avions fini par avoir un savoir dans cette langue largement suffisant, au bout de 4 années d’effort de tout les jours, de labeurs de chaque secondes, nous arrivions a tenir une conversation en draconien, aussi bien que dans le langages des humains, certes notre elfique était plus raffinée, mais ce n’étais pas grave, désormais il nous manquait a peine plus de vocabulaire, et toujours ce même petit défaut d’intonation, que nous autres elfes, n’arrivions pas a avoir.


Je me souviens de tous cela, et je me demande alors parfois pourquoi toi si brillante, tu as fait une telle hérésie avec un humain… Aujourd’hui encore je regarde l’eau, au pied du grand chêne, et je revoie nos jeunes années, bien que je ne parle que rarement le draconien, je m’en souviens par ces souvenirs d’autant.


Dernière édition par le Sam 26 Jan - 20:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Salleon
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 124
Age : 29
Localisation : Reamwen
Date d'inscription : 05/06/2007

MessageSujet: Re: - Isil Ellissë - [Perso principal]   Lun 8 Oct - 21:38

Les bijoux.






Cette bague armure, furent offert a Isil ainsi qu’a sa sœur, lors de leurs 120eme anniversaire, toute deux, reçurent exactement la même, qu’elle mirent respectivement au majeur de leurs main droite, dessus est finement gravé un ‘’E’’, les initiales de la famille.






Ce collier, est porté par les femmes elfe, depuis de long siècles dans leurs famille, quand l’elfe se marie, elle l’enlève pour en mettre un autre, ce qui marque une transition, entre la vie de jeune fille, et la vie d’épouse. Toutefois, ce collier est enlevé uniquement par la mère de l’elfe en question, ce qui sous entend l’accord de la famille, dans l’union a venir.




Appeler « chance » en elfique, celui-ci fut forgé des lors de la naissance d’Isil, et uniquement pour elle, grâce a un enchantement, le collier s’élargit progressivement, pour rester toujours a la taille du bras, chaque elfe de la famille hérite d’un de ses brassard en argent,des la naissance.



Toute d’argent, elle représente un flocon de neige qui semble tombé, offert a Isil lorsque ses talent innée pour la magie furent découvert, elle hérita de se bijoux de famille, qui la désigne auprès de sa famille comme ensorceleuse.






La première broche, en forme de feuille, se trouve au dessus de son oreille droite, l’autre, qui ressemble plus a un triangle, se trouve au dessus de son oreille gauche, enfin, la dernière, se trouve derrière sa tête, dans le bas de ses cheveux, les trois broches sont reliée par une fine chaîne d’argent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Salleon
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 124
Age : 29
Localisation : Reamwen
Date d'inscription : 05/06/2007

MessageSujet: Re: - Isil Ellissë - [Perso principal]   Ven 19 Oct - 17:31

Les visiteurs



Jours après jours, désormais, nos terres voient la marche inexorables des autres races avancé vers nous, similaire a des espions, ou des insectes parasites, des humains, des orc, des demi humain et des halfélins entre dans nos forêt, nous épiant par moment, et prédisant un avenir sur cette forêt, ou ils se voient roi.


Récemment, ce fut un orc, hideuse créature verdâtre, au vocabulaire peu développer et a l’allure bestial, accompagné d’une halféline, insolente et insouciante qui furent les premiers a venir régulièrement en nos forêt, rodant jours après jours dans les environs, sans l’ombre d’un but apparent.
Ils ne restèrent pas très longtemps, l’histoire de quelques jours, puis, sans un bruit, il ne virent plus, mais croire que c’était fini pour autant aurait été illusoire, quelque jour après, c’était un humain, arborant des signe de croyance de la cavalière rouge, l’un de leur dieu de la guerre, venant de l’Est, sur un grand destrier blanc, s’arrêtant a quelque lieu de l’arbre, prétextant se perdre dans la forêt, celui-ci, sur de son bon droit et de ne dérangé personne, s’était installer a quelque chevauché du grand chêne, pour y passé une nuit, le temps de repartir. Prennent-il vraiment nos forêt, pour les bois fleurie de leurs jardins personnel ?
Peu après, alors que j’avais fait la rencontrer de se chevalier perdue en nos lieux, ce fut cette fois-ci, derrière moi, qu’apparut une garde Aldébar… Jamais auparavant il n’y avait eut autant d’étranger a ces lieux, surtout si près du grand chêne, me jutant déçu leurs question, a renfort de provocations pour avoir une réponse a rapporter en leur murs, ce qui les fit repartir, sans doute certains de n’avoir rien apprit de plus qu’a leur arriver, avec leurs comportement inquisitorial.


Nos forêt devenaient de plus en plus troubler, bon nombres de voyageur humains s’aventurait de plus en plus profondément, approchant avec conviction le grand chêne a maintes reprise, l’observant de leurs yeux cupide comme un montagne d’or qu’il s’empresserait de conquérir par le sang. Accompagné de demi elfe proche du culte de Lurue, un paladin d’Ilmater, un demi elfe suivant de Lurue, une halféline et ma triste nièce, furent un moment assez proche de reamwen, voulant ‘’découvrir ‘’ ce lieu magique, qui leurs serait a tous inaccessible pendant, je le pense bien, très longtemps après ma fin.
Leurs cortège avait fait suffisament de bruit, pour que soit alerté les quelques orc et autres vermines vivante dans cette forêt, ainsi nous eurent a essuyer une attaque barbare et brutal de la part de ces engeances… Le paladin d’Ilmater s’écroula sous les coups, tous comme l’halféline, ma nièce tenant avec peine sur ses tristes jambes, s’affairant a leurs porter secours, et moi, subissant la douleur d’un coup de hache d’orc durant la bataille.

C’est avec labeur qu’il retournèrent alors, en leur ville, avant que la nuit tombe, je regagnait également Reamwen cette fois la, sans autres préoccupations que le soin de ce bras, qui avait subit une tel blessure comme je n’en avait rarement vue.



Ce fut néanmoins, au bout de quelque jours cette fois ci, que je revue, cette fois au pied même du grand chêne, l’humain d’Ilmater, un prêtre de Heaum, Elion, le suivant de Lurue, et avec un regret insondable…Niyrillan, ma nièce.
La discutions tourna cour cette fois, elle voulait aller dans l’arbre, voir la ou sa mère avait vécu en ma présence… Qu’aurais-je dut faire ? Je n’avais pas vraiment le choix, ma sœur aurait sûrement voulut que sa fille voie l’endroit ou tous les elfes vivent dans cette région… Je n’avais pas a refuser, même si cette idée n’avait sur moi que très peu d’impact, nous avons donc prit le chemin du grand chêne, les portes s’ouvrant a nous dans le fracas habituel, ce qui dévoila l’endroit a ma triste nièce.


Comme j’aurais du m’y attendre, le sujet de conversation fut toujours le même, cette sorte de rancune qu’elle me portant de ne pas l’avoir reprit a son père naturel, et ses question, si poignante sur ma sœur… Ces questions, faisaient remonté en moi de lointains souvenir, d’une époque révolue, ou j’étais encore avec ma sœur… Je tachais de répondre a ses questions, mais elle en voulait toujours plus, ayant récupéré l’avidité et la soif maladive des humains.

Au bout de quelques heures néanmoins, je pris la décision de la faire redescendre, nous avions terminé, de toute façon, elle avait du avoir son compte d’émotions et de souvenir qu’elle pourrait chérir jusqu'à ce que la mort vienne. Comme tu l’aurais sûrement souhaité, je lui remis l’un de tes ornements, ma sœur, je pense que tu aurais sûrement apprécié qu’elle l’obtienne…


Dernière édition par le Sam 26 Jan - 20:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Salleon
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 124
Age : 29
Localisation : Reamwen
Date d'inscription : 05/06/2007

MessageSujet: Re: - Isil Ellissë - [Perso principal]   Dim 20 Jan - 23:09

Le magicien et le dragon



Sur un matin brumeux, ou nous étions sur les plages, Nyirillan, Bael et moi, nous fîmes la rencontre d'un personnage étrange, un vieil homme, d'air sale et miteux, s'approcha de nous. Celui-ci, nous parla d'un livres, ayant peu être appartenue a Elminster, qu'un mage qui’il connaissait lui avais dérobé, jadis, pour des ombre fin.

Mirayellis, Bael, Griffith, Merry et moi même, partir alors pour la caverne de Toliath, qui se trouvait au abor de la forêt d'émeraude. Entré a l'intérieur, nous eurent fort a faire avec des basilik fort sournois, se cachant dans les coin sombres pour évité nous flèches, et nous attaquant lorsque nous baissions notre garde, sans compté un cyclops, qui nous tomba dessus, en pleins combat avec ses créature reptilienne.


Nous somme enfin arriver plus haut dans cette grotte, l'eau était plus tiède et nous en avions plus haut que les tibias. Nous avancions, alors qu'un bruit sourd se faisant entendre, au loin, prudemment nous avancions, mais en vain, des adversaires de toute sorte nous tombèrent dessus, bravant les blessures faite a nos corps, nous avons continué le périple jusqu'a sa toute fin, esquivant les chutes de pierre, encaissant le nombres toujours plus croissant d'ennemies et gérant notre propre épuisement.

Enfin, alors que nous arrivons au but, nous avons rencontré notre commanditaire, comme disait Bael... Celui-ci nous avertie que cette épreuve n'était qu'une illusion, une sorte de défi, avant le grand jours ou nous aurions a affronté le réel magicien. Pour nous préparer a cette croisade, il nous fit cadeaux de plusieurs objets et écrit, pouvant los de notre périple, nous être très utile.


Plus jours après, nous avions enfin trouver la cache de ce magicien illusionniste, grâce a la boussole offerte a Griffith, nous allâmes dans une ferme des alentours, et fouillant une maison de gueux, nous avons trouver le portail, l'empruntant sans peur, nous arrivâmes dans l'antre de ce mage illusionniste, qui détenait le précieux livres.
Nous n'avions pas l'intention de laisser le livres a notre commanditaire, mais savoir qu'un tel livres n'était pas en des mains sur, n'était pas très réjouissant, surtout en sachant qu'il avait peu être appartenue a Elminster lui même.
Nous bravâmes, comme la dernière fois les obstacle mis sur notre route, ce ne fut pas facile, il fallut les compétence de chacun pour parvenir a nos fin sans succombé a nos blessure qui furent multiples, les pièges était innombrables et redoutable, de la poignet illusoire, jusqu'au lame tournant sur le sol, sans compté les brassier magique qui ne manquèrent que de peu de nous calciné, ainsi que les nombreux ennemies.

Enfin rendu dans l'ultime pièce de cette antre, nous avons détruit les cristaux permettant de maintenir l'illusion en place, notre commanditaire arriva quelque instant après que le combat ait commencé, et nous étions déjà mal en point.
Nos efforts unis, nous sommes arriver a vaincre ce mage, mais ce ne fut pas gain de cause pour nous, nous avions été dupé, et le mage qui nous avait envoyer ce révélait être le véritable ennemies. Unissant alors nos force, avec notre adversaire d'il y a quelques minutes, nous combattîmes bravement le dragon, qu'était notre commanditaire, dans un combat périlleux nous réussirent a le mettre en échec.
Je prit alors le livres tant convoité, décidant qu'il serait en meilleurs sécurité, dans le territoire millénaire des elfes.




Dernière édition par le Sam 26 Jan - 20:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Salleon
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 124
Age : 29
Localisation : Reamwen
Date d'inscription : 05/06/2007

MessageSujet: Re: - Isil Ellissë - [Perso principal]   Sam 26 Jan - 19:58

Le golem d'os.

Isil et Nyirillan ce soir la, revenait vers la citée Aldébar, Nyirillan, en forme de panthère, accompagnait d'un pas léger sa tante.
Elles arrivent toute deux, vers les fermes environnantes de la cité d'Aldébaran, rencontrant alors un suivant de Kelemvor, de gris clair vêtu: Bael.

Tout trois n'eurent pas l'occasion de parler bien longtemps, interrompus par un homme en toge orange et rouge, qui était près d'un arbre. En quelque seconde, celui-ci avait disparut de façon spectaculaire, dans un bruit assourdissant, et encore quelque seconde plus tard, un immense golem d'os, de 6 mettre de hauteur apparut d'une façon tous aussi spectaculaire !

Isil resta stupéfaite un moment, de l'apparition soudaine d'un tel créature, et exhorta ensuite Nyirillan a courir chercher de l'aide, pendant que Bael et elle, tenterais d'éloigné le golem d'os, des habitants et des habitations.

Bael se livras alors, dans un combat suicidaire conte la créature macabre, jouant de ruse et de feinte d'épée, pour tranché, brisé,fracassé son adversaire fait uniquement d'os. Isil l'aidant de son mieux, en envoyant des orbes de magie concentré, sur les divers os du golem.

Finalement, le golem fut terrassé, en grande partie grâce a Bael, Nyirillan arriva quelque instant après, avec Griffith, suivit d'Argent et 'une autre personne. Mais la bataille était déjà terminée.

S'en suivit alors une longue discutions sur les intérêts, de supposé mages rouge de thay, à envoyer une tel créature sur des habitations de compagne, toute les hypothèse firent éruption dans le débat, et l'une des plus retenue, était qu'ils voulaient sûrement avoir une démonstration de la puissance du golem.

La nuit était la depuis un certains moment, et le combat et les effort de réflexion avait épuisé le bon nombre de personnes ainsi, tous repartirent vers leurs couche, en repensant avec une certaines angoisse, a ce qui venait de se produire.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Salleon
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 124
Age : 29
Localisation : Reamwen
Date d'inscription : 05/06/2007

MessageSujet: Re: - Isil Ellissë - [Perso principal]   Sam 26 Jan - 20:27

Caverne, religions et inquiétude



Sur la route du Nord, existe un passage permettant de rejoindre les plages, c'est celui-la même qu'avant emprunté Isil ce jour pour rejoindre la plage plus rapidement.
Munie d'une lanterne, elle avançait dans la grotte a pas léger mais rapide, peu désireuse de rester longtemps dans un tel endroit, sombre, humide, froid et inquiétant.

Alors, perçant le silence comme une flèche perce la peau, des bruits de combat se firent entendre, des cries, des vocifération et le bruit sourd d'une épée que l'ont abat avec force et courage sur son adversaire.
Suivant le bruit, Isil arriva devant une mince embrassure, dans le mur, d'ou les bruit semblant se faire entendre, joint a eux, la fois faible d'une personne, a priori un homme qui lançait des incantation.

Isil entra alors dans l'étroit passage, aussitôt fait, la grille se referma derrière elle dans un grand bruit de métal rouillé. Elle décida d'avancé de quelque pas, et fut alors projeté au coeur d'un combat, qui opposait Bael, un humain a des chauve souris garou, d'énormes sangsue dégoutante, et de plus petite. Bael semblant maîtrisé la situation, quoi que passablement débordé par tant d'ennemies a pourfendre. Enfermer avec les deux personnes, Isil incanta quelques sortilèges, pour donner a Bael un avantage dans le combat.

Si les chauve souris garou, et les énormes limace n'était pas très dangereuse, il n'en fut pas ainsi, lourde que des bruits lourd annoncèrent l'arriver d'un cyclope, munie d'une énorme masse pleine de pique, la gueules déformé, beuglant avec force.
Bael se jetant sur lui, engageant ainsi le combat, suivit de l'humain et d'isil, qui de l'arrière, aidèrent Bael avec la magie autant que cela était possible.
Les coups du cyclope étant bien trop lent pour attendre Bael, celui-ci parvint après une demi heure acharné de combat, a mettre le cyclope a terre, lui portant ainsi le coup de grâce.

Epuisé, tou trois décidèrent de rejoindre l'extérieur, moin opprimant que cette caverne humide et froide, le lourde grille de métal était ouverte, sans posé de questions, les 3 personnes l'empruntèrent pour rejoindre l'extérieur, reprenant quelque forces.

Bael, après leurs repos, demanda a Isil qu’elle été la nature de sa magie, en effet, celui-ci l’avait vue utilisé quelques goûtes de son sang pour des incantation, ainsi que tué d’un sort, une chauve souris garou. La main au pommeau, celui-ci semblait redouté le fait qu’Isil soit une vil nécromancienne, ce qui ne fut pas le cas.
Bael ne demanda point plus d’explication, un simple ‘’non’ a sa question lui avait suffit, et le débat s’orienta ensuite sur la ‘’bonne’’ et ‘’mauvaise’’ nécromancie, jusqu’au levé du soleil.


Isil quitta leurs compagnie a la levé du soleil, se dirigeant vers Raemwen lorsqu'elle tomba nez a nez avec Nyirillan, sa nièce, justement, c'était la personne a qui elle voulait parler présentement. Isil demanda a sa nièce en vain si elle savait ou était le dénommé Wolgart, disciple de Pelendralaar. Isil était désireuse de le revoir, car c'était au culte de Pelendralaar, si celui-ci existait encore, qu'elle voulait remettre le livres qu'elle avait conserver de leurs bataille contre le dragon rouge. Cet décision avait été prise en présence de tous, et il avait été convenue que les plus a même de posséder ce livres, était le culte de Pelendralaar.

Mais c'était en vain, Nyirillan ne savait pas ou pouvait être se moine ... La conversation s'orienta alors sur les Tisons un bref instant. Mais trop peu pour avoir des informations concluante sur ce qui allait se passé.
Revenant par la suite a Raemwen, elle trouva en chemin, un elfe dénommé Ios, qui chercher a rejoindre la citée des elfes. Isil l'y conduit, et le fit entrer dans l'arbre, lui conseillant d'avertir les hautes instance de raemwen de sa désormais présence au seins de leurs communauté, puis, Ios se retiras, visiblement usé par le voyage qu'il avait fait.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Salleon
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 124
Age : 29
Localisation : Reamwen
Date d'inscription : 05/06/2007

MessageSujet: Re: - Isil Ellissë - [Perso principal]   Mar 29 Jan - 20:43

Les jumelles dans la montagne



Nous nous sommes rencontré, Griffith, Nyirillan et moi, prés des stèles de la croisée des chemins. Ils avaient l'air empressé, et ce fut Griffith, qui me compta l'histoire, de deux enfants de bas âge qui furent enlevé par un groupe de mercenaire.
Ce fut grâce a Nyirillan, qui nous avons put suivre, dans un très long périple, les traces de roues du chariot qui avait servit a leurs convoie. La route conduisit dans les alentour du territoire des nains, puis dans les montagnes, le froid mordant avait remplacé la douce leurs du printemps, rapellant le rude hivers qui venait de passé.

Le groupe était bien trop nombreux, pour continuer à marcher ensemble, après l'attaque de géants et de loups, ils décidèrent de se séparer, certains allant vers l'Est, d'autre vers le Nord.

Griffith, Nyirillan et Isil continuèrent alors vers le Nord, tandis que Argent, Ios, Taln, Nathaniel et d'autres, partirent par l'Est. Les deux groupes séparer serait ainsi plus discret.

Plus Griffith, Nyirillan et Isil allait ves le Nord, plus le blizzard et la froid semblait s'acharné pour sur eux, vers la fin, il devint évident que cette tempête n'avait rien de naturel, et qu'une magie était a l'oeuvre la dessous.
Mais les questions n'eurent pas le temps de venir, le sol se mit a trembler dans un bruit sourd, et quelque seconde plus tard, un immense ver pourpre, sortie du sol !
Griffith Nyirillan et Isil, se mirent alors a courir a toute jambes vers les hauteur des montagnes, sans arriver pourtant a distancé lever pourpre qui tenait bon dans la course.
Ils décidèrent alors de combattre, et ce fut avec l'aide d'un mage de l'écoles des arcanes, qu'ils réussir a vaincre l'immense monstre qui les poursuivait.

Leurs récits se concordaient, tous semblait chercher ses deux fillettes, l'histoire de leurs enlèvement avait semble t-il émue beaucoup de monde.
Ils se dirigèrent alors vers la grotte, qui était leur dernier espoir, entrant dedans, ils furent accueillit par un groupe de personne, 7 personnes environs.
Le combat ne duras que quelque instant, ne groupe ne semblant point taillé pour la bataille, et les passes d'arme de griffith et Nyirillan suffirent a les mettre en déroute, ainsi, ils déposèrent les armes, se rendant, vaincues.

Les deux fillettes se trouvait la, elle ne semblait pas réellement maltraité par ailleurs.
L'histoire qui suivit, révélas alors, que ce groupe de gitans était alors la vrai famille des fillettes, qui avait été enlevé il y a quelque années, par un marchand véreux, avide du talents des jeunes demoiselles avec la magie.
L'histoire était tragique, et pourtant bien réel, mais au vue de la lois, il était coupable, Griffith s'engagea alors, a aller en Aldébaran avec eux, pour prouver la légitimité de leurs actes, et de leurs rendre leurs filles.

Ensemble, ils reprirent la route, revenant avec hâte au point de rendez vous, ou les autres qui n'avait rien trouver sauf le combat et l'épuisement, les attendaient.
Tous alors, environs 15 a 20 personnes, ils quittèrent les montagnes, revenant sur les chemins plus verdoyant, ou la chaleur était au rendez vous !
Mais le chemin ne fut pas calme pour autant ! Sur les routes du Sud, les attendait alors, une compagnie d'orques, de mercenaire et d'halfélins de tous genre, a leurs tête, le soit disant marchand, vêtu de rouge.

Il reconnue sans gène avoir enlevé les fillettes, et les avoir retenue avec lui dans un but entièrement vénale, annoncent au groupe en face de lui, qu'il allait périr, sans alternative.
Le combat s'engagea alors, ce fut un bain de sang, sans précédent, les passes d'arme s'enchaînait, et a leurs coté, les sorts lancer sifflait et explosait sur leurs cible, faisant tremblé le sol et couvrant le sol de sang, autant que les épées elle même.

Les coups porter furent rude, mais finalement, les adversaires eurent tous vaincue, au pris de blessures immense. Prenant a peine le temps de se soigné, pouvant juste marcher, une petite partie du groupe, raccompagnas les fillettes dans ce qui serait désormais leurs abris, l'école des arcanes.

La directrice prit les fillettes sous sa garde et celle de l'école, remerciant profondément ce qui avait sauvé ses deux enfant de leurs triste sorts.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: - Isil Ellissë - [Perso principal]   

Revenir en haut Aller en bas
 
- Isil Ellissë - [Perso principal]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Coralie [Perso~Réality d'Evangeline]
» Feuille de perso
» Quel est votre perso préféré dans le sda?
» reset de perso
» Transfer de perso

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les Masques d'Opale :: Contes et légendes-
Sauter vers: