AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 - Uruk -

Aller en bas 
AuteurMessage
morndinsamman
LE Super Nain
avatar

Nombre de messages : 342
Age : 38
Date d'inscription : 19/05/2007

MessageSujet: - Uruk -   Jeu 23 Aoû - 14:54

BG VALIDE

BG d'Uruk






Nom : Ducas
Prénom : Erwin
Surnom : Uruk, c'est sous ce nom là qu'il se présentera.
Sexe : Masculin
Age : 17 ans
Lieu de naissance : une petite exploitation forestière en dehors des côtes d'opaline.
Race : Demie orc
Taille : 2.05 m
Poids : 125kg
Métier : Bûcheron
Lieu de vie actuel : Landraken
Classe Sociale : Errant
Classe : Barbare
Divinité: Aurile depuis qu'il vit a Landraken (par crainte)
Armes de prédilection : Épée Longue
Signes particuliers : peau verdâtre, dents proéminentes, grande pilosité et cicatrices rituelles.
Traits de caractères marqués : bon vivant, prompt à la colère et renfrogne, aime montrer sa force.

Description :
Cette énorme masse musculaire verdâtre intimide le paysan moyen qui passe a proximité, les enfants l'ayant croise le qualifie même de monstre.
Son visage exprime la rancoeur et la colère, comme si son esprit était en proie a un grand conflit interne.
Son armure lui protège uniquement le torse et les tibias. Le reste du corps est nue ou couvert d'une peau de bête, laissant paraître cicatrices et tatouages.


--------------------------------------------------------------------------------------

1.Le prix de la liberte



*** Tard dans la nuit, devant une petite exploitation forestière en dehors des cotes. Un vieil homme se tient à la porte une bouteille dans une main, une bûchette de bois en guise de gourdin dans l'autres ***

" Alors Erwin ?! T'a encore traîné ! Entre ! Que je t'apprenne à être à l'heure !!"

Erwin lâcha la corde qui lui servait a trainer le tronc de l'arbre qu'il venait de débiter puis enleva la hache de son dos. Il devait rentrer pour recevoir sa raclée quasi quotidienne.

Il est vrai que depuis quelques temps il avait pris l'habitude d'aller observer a bonne distance les villages alentours et d'aller de plus en plus loin dans les bois et les montagnes mais le vieil homme avait toujours une "bonne raison" de le corriger. N'était-il pas coupable d'être le fils du maraudeur orc ayant violé sa fille ? N'était-il pas coupable du suicide de sa mère qui ne supportait plus de voir l'ascendant orc prendre le pas sur son fils ? Et surtout n'était-il pas coupable d'être né demie orc ?

Erwin s'approcha du vieil homme et resta fige devant lui sans dire un mot. Le vieil homme tenta de lui assener un coup avec la bûchette. Erwin connaissant ses habitudes lui attrapa le bras au niveau du poignée avant même qu'il ne finisse de porter son coup puis serrat de toute sa poigne. La bûchette tomba par terre, le regard d'Erwin croisa celui du vieux qui par le sang était son grand père. S'il n'aurait pas été ivre, le vieil homme se serait rendu compte que le regard d'Erwin avait changé, qu'aujourd'hui il avait décidé de mettre fin à cette vie de labeurs, d'insultes et de coups.

Aujourd'hui il avait décidé de se battre.

La deuxième main d'Erwin vint serrer la gorge du vieil homme. S'il aurait eu quelques décennies de moins, peut être aurait-il pu résister à l'étreinte d'Erwin. Mais il était vieux et faible, la combinaison des gènes orcs et des années de travail en tant que bûcheron, avait fait d'Erwin un véritable colosse en pleine possession de ses moyens. Le vieux finit par s'étouffer et mourir, Erwin lâcha prise, il venait de mettre fin aux jours du dernier membre de sa "famille".

Erwin aurait pu se sauver au lieu de le tuer, il y avait pensé, mais la mort de cet homme se devait d'être le symbole fort marquant la fin de cette triste vie. Aussi Erwin avait envie de le tuer, par vengeance ? Par mépris ? Ou peut être par instinct ?

Qu'importe, Erwin était libre a présent, il s'empara du peu de victuailles de la cabane, mit le feu à cette dernière puis parti sans se retourner.



2. Un cousin éloigné


Quelques semaines étaient passées depuis le départ d'Erwin, la saison chaude était arrivée, chaques jours n'étaient que découverte pour Erwin qui était à présent fort loin de l'exploitation forestière.

Ce jour là, aux abords d'un chemin, Erwin tomba sur un charnier. Des cadavres mélanges de soldats humains et orcs jonchaient le sol, impossible de dire qui était sortis vainqueur de l'escarmouche. Enjambant les cadavres à la recherche de fourniture, Erwin avait récupéré une cuirasse ainsi qu'une fronde et ses munitions lorsqu'il fut dérangé par un gémissement. Aux aguets et arme de sa hache, Erwin avançait prudemment parmi les cadavres, a la recherche du survivant. Il était là, étendu au sol, salement blesse au côté gauche et au bras, l'orc avait perdu beaucoup de sang. L'orc avait l'air d'avoir près de trente ans, il était borgne et ceux depuis fort longtemps, d'innombrables tatouages lui décoraient le corps. Erwin se demandait s'il devait l'aider ou l'achever sans attendre, il s'asseya sur l'harnois d'un cadavre juste à côté de l'orc, pour y réfléchir.

Erwin finit par ranger sa hache, il prit doucement le mourant et l'amena une trentaine de mètres plus loin dans les bois.

Il alluma un feu, puis essaya de panser et d'hydrater l'orc. Erwin avait appris cette pratique en regardant son grand père soigner les chevaux de trait dont les pattes étaient régulièrement blessées dans les ronces puis l'avait pratiqué sur lui même par la suite. Les pansements d'Erwin sont grossiers et digne d'un débutant mais ils tiennent le coup.

Au bout d'une semaine, l'orc se portait déjà bien mieux, il n'était pas capable de marcher mais essayait de communiquer avec Erwin. A aucun moment l'orc ne s'était montré méfiant, après tout Erwin avait prouve ces bonnes attentions et physiquement il ressemblait plus a un orc qu'à un humain.

La deuxième semaine, il commença à marcher péniblement autour du feu à l'aide d'un bâton. L'orc récupérait rapidement au fil des jours, si bien qu'un jour en revenant de la chasse Erwin ne le trouva pas au campement. Il ne lui fallut pas longtemps pour le retrouver, il était au milieu du charnier là où Erwin l'avait trouvé. L'odeur était terrible, l'orc avait été récupère ses deux épées, sa cuirasse et son pavois puis s'approcha d'Erwin en le voyant arriver. L'orc se teint a deux mètres de lui, inclinât la tête et bafouilla en orc, Erwin ne comprit pas un mot mais cela ressemblait à des remerciements.

Ensuite l'orc, pointa la direction d'une chaîne de montagnes assez loin du charnier et dit "Gathol" en mimant un toit à l'aide de ses mains. Un toit ? Peut être était ce là que l'orc vivait, Erwin acquiesça et les deux compères partirent en direction des montagnes.



Durant leur voyage, ils essayèrent de communiquer, Erwin appris quelques mots en orc, il ne le parle pas couramment mais le comprend a demie mot. Lors du bivouac du soir, l'orc aimait montrer sa force. Il lui apprit à boire, à lutter, à hurler de manière bestiale et quelques rudiments au maniement des armes.

Si a la lutte, l'orc se retrouvait souvent le derrière par terre face a Erwin, il en était pas de même aux armes. Avec sa hache, Erwin était nettement désavantage face à l'épéiste qu'était l'orc. Aussi il lui prêta sa deuxième épée pour l'entraîner. L'orc était bon instructeur mais peu patient, si Erwin se faisait avoir plusieurs fois par la même feinte, il n'hésitait pas à lui entailler le bras au passage afin de le forcer à faire attention.

Les autres pratiques moins glorieuses et typiquement orques que Erwin appris, étaient l'attaque de caravanes non escortées et le vol d'animaux dans les fermes isolées. Pour les caravanes, ils leur suffisaient d'hurler a la lisière des routes et de charger pour voir le colporteur ou autres marchands bedonnants fuirent a toutes jambes. Pour les fermes, c'était plus délicat, car il s'agissait de ne pas se faire entendre. Non pas qu'ils avaient peur des fermiers, mais Erwin avait remarqué que l'orc prenait un plaisir malsain à tuer sans raison.

Au bout de deux semaines, ils arrivèrent au bout de leur périple. L'orc avait conduit Erwin a une dizaine de mètres de l'entrée d'une grotte où l'on pouvait apercevoir au fond des feus et des silhouettes passaient autour. L'orc partit en direction de la grotte, Erwin voulait le suivre mais l'orc s'y opposa et lui indiqua une autres route à travers les montagnes. Le demie orc et l'orc se serrèrent la main, l'orc en frappant sa poitrine dit "Henk". Erwin frappa la sienne et dit "Erwin", l'orc ria devant ce nom typiquement humain, il prit Erwin fermement par l'épaule et dit "Uruk" par deux reprises comme pour le baptiser. Il lui laissa l'épée et lui donna son pavoise puis partit pour de bon. Le pavois était fait de grandes planches de bois et décoré de peinture tribales ainsi que de cranes.

Uruk ? Qu'est que cela pouvait bien vouloir dire ? Erwin n'en savait rien, mais il décida qu'à présent "Uruk" serait son nom. Après tout, ce "lointain cousin" s'était montre plus amical que ceux de sa propre famille.



Erwin qui a présent s'appelle Uruk, prit la direction donne par l'orc et traversa les montagnes. Il connut alors la morsure du froid, la beauté mortelle des tempêtes de neige, la faim jusqu'à arrive sur l'autres versant. Au loin se dessinait les contours d'une ville, Uruk sans le savoir venait de trouver la cité Landraken ...

(pour la suite on verra IG ^^)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
morndinsamman
LE Super Nain
avatar

Nombre de messages : 342
Age : 38
Date d'inscription : 19/05/2007

MessageSujet: Re: - Uruk -   Mar 9 Oct - 10:53

Un havre de paix


Cela fait maintenant quelques temps qu'Uruk est arrivé sur les cotes d'opaline.
Il l'a parcouru dans tous les sens, des montagnes glacées du nord aux plages chaudes du sud en passant par la magnifique forêt d'émeraude.

Il a vu de nombreuses villes humaines telle que Landraken, Aldebaran, Luta et Lakhazar, et même visité certaines d'entre elles.
Plus rare, il a vu de nouveaux peuples dont il ne connaissait pas l'existence. Comme ces drôle de petits humains aux oreilles pointues que l'on nomme « elfes » qui vivent dans ce chêne gigantesque. Puis ces drôles de personnages barbus qui se disent être des « nains », comment peuvent ils vivre constamment sous terre ?
Ou encore ces « petites gens », plus petites que les nains mais aussi frêles que les elfes.

Sur ces terres, il a rencontré de curieux personnages. Comme ce Griffith, un humain qui dit prier « Ilmater », il a retiré une flèche de l'épaule d'Uruk sans rien lui demander en retour. Uruk trouve étrange que l'on puisse être si bienveillant avec des étrangers.

Cet autres humain nommé Marcus qui prit « la cavalière rouge » , il dit être prêtre. Il demande régulièrement à Uruk de lui raconter les nouveaux endroits qu'il a découvert voir même de le conduire en certains lieux.

Cette petite gens Merry, qui semble bien connaître les animaux. Elle l'a accompagnée jusque dans les collines derrière la forêt des elfes. Ils ont passé la nuit devant la ville souterraine des nains à faire cuir de la viande d'ours. Il lui a promis de la conduire à cette étrange pierre verte qu'il a vu flotter dans la forêt au milieu des « fées »

Mais aussi cette elfe pas aimable dont il ignore le nom. Avec un autres elfe armé d'un arc, ils lui ont bien fait comprendre qu'il ne devait pas revenir au Grand chêne. Celle ci voudrait même qu'Uruk quitte la forêt d'émeraude.


Mais elle ne connaît pas l'entêtement d'Uruk. Uruk n'a pas l'intention de quitter cette forêt où il trouve la tranquillité à laquelle il aspire et du gibier en abondance.

_________________
Le tyran est de retour ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
- Uruk -
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chevaucheur de warg uruk-haï
» Uruk-Hai [500 pts]
» Shaman Uruk + Etre des Galgals
» Mon 2 eme uruk-hai de peint
» Uruk-Haï sauvage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les Masques d'Opale :: Contes et légendes-
Sauter vers: