AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 - Kaldras Antal -

Aller en bas 
AuteurMessage
kaldras
Paysan


Nombre de messages : 1
Age : 33
Date d'inscription : 14/10/2007

MessageSujet: - Kaldras Antal -   Dim 21 Oct - 12:15

BG VALIDE












Nom: Antal
Prénom: Kaldras
Surnom: aucun pour le moment
Poids: 85 kilos
Taille: 1m82
Sex, Masculin
Age: 23 ans
Date de naissance: 24 Éléasias 1359
Lieu de naissance: Pélinor
Description:Un homme au cheveux roux clair,les yeux bleu avec des pigments de vert, un regard Dur,une forte carrure muscler
Signes particuliers: néant
Traits de caractère marqués : calme,pondérer,dévoué,énergique,chaleureux,loyal
Race: Humain
Métier: Prêtre
Lieu de vie actuel: Pélinor,temple de heaume
Classe Social: Orphelin
Classe du pj: Prêtre
Divinité Heaum
Les domaines Protection, force
L'arme de prédilection utilisée: Epée batarde


Histoire

La nuit était pluvieuse et sans lune, ce genre de nuit ou le murmure du vent contre les carreaux semblent presque être le hurlement des loups qui se lancent à la chasse. J'attendais patiemment devant la fenêtre, du haut de mes quatre automnes, mes parents qui étaient partis au marché. Mon esprit trop jeune pour concevoir le mal qui existe dans ce monde ne concevait aucune inquiétude. Je l'ai vu, cette ombre, se faufiler entre deux petites maisons délabrées, comme toute les autres d'ailleurs de notre quartier pauvre de Pélinor. Je n'y ai pas prêter attention, et même si je sombre parfois et que je voudrais m'en vouloir, je ne peux pas, je ne pouvais pas savoir. Je les ai vu marchant main dans la main, riant sous la pluie comme de jeunes enfants insouciants, ils ne leur restaient que l'amour dans cette vie de pauvreté, de misère et de dangers.

Je suis sorti les rejoindre en riant et sautillant dans les flaques d'eau qui s'étaient déjà formées sur le sol gris et dur. Je me suis soudain arrêté quand un son strident... un cri... sorti de la bouche de ma mère. L'ombre était derrière elle et je n'y voyais rien les yeux pleins d'eau de cette pluie qui s'abattais sur Pélinor comme un châtiment divin.

Quand l'éclair zébra le ciel de sa fureur et sa lumière je vit la lame ensanglantée et l'expression de douleur et de mort qui s'affichait sur le visage de ma mère. J'ai reculé d'un pas, l'esprit complètement frigorifié par ce spectacle morbide, sans le comprendre vraiment, tout se passait trop vite. J'entendis un homme crier et le vis descendre la rue en courant. Mais le temps qu'il arrive "l'ombre" avait aussi égorgé mon père et fuit avec leurs provisions et leurs bourses.
Je suis resté paralysé à regarder la pluie emporter leur sang, la pierre grise et dure était devenue rouge et aussi vivante que la plainte qui emplissait mes oreilles. J'ai tourné la tête pour voir qui criait comme ça ... mais je n'ai vu personne sauf l'homme qui avait accouru et qui m'administra une baffe magistrale...étrangement les cris cessèrent. Je n'arrivais plus a bouger même quand la garde vint faire le rapport et emporter les corps. D'ailleurs la garde se fichait bien d'un petit garçon dans ce quartier pourri.

Seul l'homme eu la sagesse de comprendre qu'il s’agissait de mes parents. Me voyant prostré et sans défense, il décida de m'emmener avec lui. Plus rien n'avait d'importance à ce moment précis. Je me demande encore aujourd’hui si ces souvenirs sont exacts ou s’ils sont le fruit de mon imagination. Orimar et moi n’avons plus jamais reparlé de cette journée

Avec le recul, je remercie le Vigilant d'avoir mit Orimar Trodien sur ma route. Il m'apporta à son temple, le temple de Heaum de Pélinor pour que je devienne son jeune apprenti. J'ai mit 14 mois a retrouver la parole, enfin aux dires d’Orimar. J'ai été comme un zombi, sans âme, pendant ce temps, me remettant du traumatisme vécu. Mais Orimar m'a montré la voie, celle du Vigilant. Les 16 années passées à son côté furent une éprouvante formation. Prière, maniement de l’épée bâtarde, apprentissage des dogmes du Vigilant, études, écriture et lecture d’ouvrages choisis.

Défendre les innocents était maintenant ma vocation. J'ai quitté Orimar à sa mort et j'ai été sacré Prêtre du Vigilant. Il fut dur et exigeant avec moi car dans notre foi aucun doute ou déviation ne sont permis. Notre loyauté doit être totale, et nos intentions, les meilleures qui soit. Aujourd'hui c'est avec fierté que Heaum peut compter mon bras à son service.

*Le soleil qui resplendissait à l'extérieur du temple lui brûla légèrement les yeux*

*Pensée* Le courage n'est pas l'absence de crainte mais simplement de savoir passer outre pour accomplir les exploits qui donne aux bardes de quoi chanter.

Et voila ce que me disait toujours Orimar : Que le Vigilant guide ton âme, que ta Foi égale ta force, que et que ton bras protège les plus démunis

Aujourd’hui commence la grande épreuve, celle de la vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
- Kaldras Antal -
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les Masques d'Opale :: Contes et légendes-
Sauter vers: